janvier 20, 2019

Flambée des prix de produits de première nécessité à Kinshasa

 

Les prix des poulets, riz, manioc, arachides et maïs ainsi que des poissons congelés et fumés ont connu une hausse estimée à plus au moins 10%.

C’est ainsi qu’un poulet de 1,10 Kg qui coutait 5.000FC avant les mois d’octobre et Novembre coûte présentement 5.500 FC  ou 6.000 FC.

Le sac du riz de 25 Kg qui se vendait à 28.700 FC se commercialise à 31.980 FC soit 3.280 FC de plus.

Le sac des casseroles de manioc de 50kg qui se vendait à 80.000FC se commercialise à 90.000 FC.

Le constat fait sur les marchés Kinois est que le système des intermédiaires s’accumule et permet à ces mafieux de gagner de l’argent facile.

Le rôle est joué par certaines mamans appelées « Mamans manœuvres » qui s’accaparent des produits vivriers et surfacturent jusqu’ à provoquer la rareté au détriment de vrais vendeurs et consommateurs. Ces derniers embêtent les acheteurs. Si l’on veut protéger le pouvoir d’achat de la population, le phénomène "mamans manœuvres" doit disparaître dans les marchés Kinois.

Ce ne sont pas des produits qui manquent, les provinces de l’Equateur, du Kongo-central, Bandundu et Mayi-Ndombe alimentent la ville de Kinshasa en plusieurs tonnages des produits alimentaires par jour.

Mais, malheureusement ces mamans manœuvres s’arrangent pour réduire les quantités placées dans les entrepôts en vue d’une éventuelle augmentation de prix.

C’est pourquoi ce phénomène est dangereux pour les consommateurs congolais.

Les administrateurs des marchés, les bourgmestres des communes ainsi que les commerçants ambulants sont priés d’être vigilants et invités à dénoncer cette pratique effrontée pour réduire la magouille.

 

 

Hautpanel-com