novembre 13, 2019

International : Trump dit de ne pas lever les sanctions contre la Russie, pas de "limite de temps" sur le dialogue de la RPDC

Le président américain Donald Trump a déclaré mardi qu'il ne lèverait pas les sanctions contre la Russie et qu'il n'y avait pas de "délai" concernant le dialogue américain avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC) ).

Lors d'une rencontre avec des membres du Congrès à la Maison Blanche, Trump a rejeté la possibilité de faire reculer les sanctions américaines contre la Russie, malgré sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine lundi à Helsinki en Finlande.

"Tout reste, nous ne levons pas les sanctions", a déclaré Trump. "Ne pas lever les sanctions."
Il a également déclaré que lui et Poutine avaient parlé d'un large éventail de questions telles que la Syrie, l'Iran, Israël et la réduction des armes nucléaires dans le monde entier.

"La Corée du Nord nous a assuré de son soutien: le président Poutine a déclaré qu'il était d'accord avec moi à 100% et qu'il ferait tout ce qu'il peut pour essayer et que cela se produise ", a déclaré Trump.

Le président des États-Unis a ajouté que «les discussions se poursuivent et vont très, très bien, nous n'avons aucune hâte pour la vitesse».
"Nous n'avons pas de limite de temps, nous n'avons pas de limite de vitesse, nous suivons le processus, mais les relations sont très bonnes, le président Poutine va être impliqué dans le sens qu'il est avec nous. aimerait que cela se produise ", a-t-il dit.
Le Kremlin n'a pas encore confirmé sa déclaration.

Blessé par la condamnation bipartisane de son ton réconciliateur lors de la conférence de presse de lundi avec Poutine, que beaucoup ont vu comme un signe à se joindre publiquement à Poutine pour attaquer la communauté américaine du renseignement, Trump a tenté mardi de "clarifier" ses déclarations. pleine confiance et soutien aux agences de renseignement américaines. "

Les médias américains ont rapporté plus tôt mardi que l'administration Trump adoptait des mesures de «contrôle des dommages» pour nettoyer le «désordre» de la réunion d'Helsinki.

Les hauts responsables de l'administration ont déclaré qu'ils voulaient que Trump dise clairement qu'il croit aux renseignements américains sur Poutine et que les États-Unis ne feront aucun effort pour coopérer avec la Russie sur l'enquête en cours sur l'ingérence présumée de Moscou aux élections américaines.