juillet 24, 2019

La Russie et l'Iran rejettent les déclarations des États-Unis à la réunion de l'AIEA

Vue d'ensemble du début d'une réunion du conseil des gouverneurs au siège de l'AIEA à Vienne, en Autriche, le 10 juillet 2019. (Reuters) Vue d'ensemble du début d'une réunion du conseil des gouverneurs au siège de l'AIEA à Vienne, en Autriche, le 10 juillet 2019. (Reuters)

L'Iran et la Russie ont dédaigné mercredi 10 juillet, l'appel lancé par les États-Unis pour que Téhéran respecte les limites d'un accord sur le nucléaire conclu en 2015 avec les puissances mondiales, lors d'une réunion extraordinaire du groupe de surveillance nucléaire des Nations Unies.

L'ambassadeur des États-Unis auprès des organisations internationales à Vienne, Jackie Wolcott, a déclaré à la réunion que l'Iran était engagé dans une "extorsion nucléaire".

L’Iran a déclaré qu’il ne respecterait pas certaines limites du JCPOA tant que les parties restantes à l’accord, notamment le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne, ne feraient pas plus pour atténuer l’impact des sanctions rédhibitoires imposées par les États-Unis après le président Donald Trump s'est retiré de l'accord en mai 2018.

"Il n'y a aucun moyen de concevoir cela comme autre chose qu'une tentative brutale et transparente d'extorquer des paiements à la communauté internationale", a déclaré Wolcott.

Son homologue iranien, Kazem Gharib Abadi, a déclaré que c'était "une triste ironie que cette réunion soit convoquée à la demande des Etats-Unis".

Abadi a déclaré que l'impasse actuelle résultait du "comportement hors-la-loi" de Washington et a condamné ce qu'il a appelé la "tendance sadique" des Etats-Unis à imposer des sanctions à l'Iran.

L'ambassadeur de Russie auprès de l'AIEA, Mikhail Ulyanov, a tweeté après la réunion que les Etats-Unis "étaient pratiquement isolés sur cette question".

Il a déclaré aux diplomates réunis que c'était une "bizarrerie" que la réunion ait été convoquée par les Etats-Unis ", le pays qui a déclaré le JCPOA" un accord terrible ".

"En pratique, il s'avère que Washington est conscient de l'importance du plan (JCPOA)", a-t-il déclaré.

Dans une déclaration commune à la réunion, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne ont adopté une position nuancée reflétant leurs efforts diplomatiques continus pour sauver le JCPOA.

Ils ont déclaré que "notre soutien continu (au JCPOA) dépend de la mise en œuvre intégrale par l'Iran de ses engagements".

Trump met en garde contre de nouvelles sanctions

Le président Donald Trump a accusé mercredi l’Iran d’enrichir secrètement de l’uranium pendant une longue période et a averti que les sanctions américaines seraient bientôt renforcées, alors que la surveillance nucléaire des Nations unies organisait une réunion d’urgence sur la violation par Téhéran d’un accord nucléaire.

«L’Iran a secrètement« enrichi »longtemps, en violation totale du terrible accord de 150 milliards de dollars conclu par John Kerry et l’administration Obama. Rappelez-vous que cet accord devait expirer dans quelques années. Les sanctions seront bientôt sensiblement renforcées. ! " Trump a déclaré sur Twitter.

Les Etats-Unis ont utilisé mercredi une réunion d'urgence du conseil d'administration de l'Agence internationale de l'énergie atomique des Nations Unies pour faire pression sur l'Iran pour violation de l'accord nucléaire de 2015, l'accusant d'extorsion de fonds et promettant de maintenir les sanctions tout en proposant de poursuivre les discussions.

Les Etats-Unis veulent une coalition militaire pour protéger les eaux du Golfe

Les Etats-Unis espèrent enrôler leurs alliés au cours des deux prochaines semaines au sein d'une coalition militaire pour la sauvegarde des eaux stratégiques au large de l'Iran et du Yémen, où Washington impute les attaques à l'Iran et aux combattants alignés avec l'Iran, a déclaré mardi un haut dirigeant américain.

Dans le cadre du plan, qui n'a été finalisé que ces derniers jours, les États-Unis fourniraient des navires de commandement et dirigeraient les efforts de surveillance de la coalition militaire. Les alliés patrouillaient dans les eaux à proximité des navires de commandement américains et escortaient les navires de commerce avec les drapeaux de leur pays.

Le général de marine Joseph Dunford, président du Comité des chefs d'état-major, a exposé ces détails aux journalistes à la suite des réunions tenues mardi à ce sujet avec le secrétaire américain à la Défense par intérim, Mark Esper, et le secrétaire d'État, Mike Pompeo.

"Je pense que probablement dans les prochaines semaines nous identifierons les pays qui ont la volonté politique de soutenir cette initiative, puis nous travaillerons directement avec les forces armées pour identifier les capacités spécifiques qui soutiendront cette initiative", a déclaré M. Dunford.

 

Hautpanel.com