juin 17, 2019

Les combattants de l’UDPS exigent l’invalidation d’un député du FCC pour outrage au chef de l’Etat

Les combattants de l’union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), ont assiégé ce lundi 10 juin 2019, le Palais du Peuple de Kinshasa pour exiger l’invalidation d’un député du Front commun pour le Congo (FCC), Charles Nawez, pour outrage au chef de l’Etat Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Les combattants de l’UDPS ont surpris les élus qui voulaient se rendre au palais du peuple pour une réunion.

Abordés par la presse, les combattants soutiennent qu’il ne pas admissible qu’un député du FCC, Charles Nawez se permet le droit de qualifier le chef de l’Etat Felix Tshisekedi Tshilombo d’inconscient, ce qui est un outrage à sa personne.

Ils ont insisté que ce député soit invalidé sans autre forme de procès.

Avant que l’ordre soit établi par la police quelques coups de gaz lacrymogènes ont retentis et la police a dispersé la foule.

On a signalé également l’attaque par les combattants des voitures  de passage sur le lieu des manifestations.

A l’origine, le président de la république signe deux ordonnances présidentielles portant restructuration de la SNCC et de la Gécamines, le chef de l’Etat, a nommé à la Société nationale des chemins de fer du Congo et à la Gécamines, les mandataires de ces deux entreprises d’Etat.

Pour les membres du FCC, ces nominations sont illégales et anticonstitutionnelles car, le premier ministre issu du FCC, n’était pas informé.

Cependant , les membres du Cap pour le changement (CACH) soulignent que  le parlement n’est peut en aucun cas s’opposer aux actes posés par le chef de l’Etat.

 

Hautpanel.com