octobre 21, 2019

RDC : Le flux d’invalidations prouve la mauvaise qualité d’élections de 2018

Depuis la fin des opérations de vote des élections législatives et provinciales en République Démocratique du Congo, de nombreuses invalidations sont enregistrées par la cour constitutionnelle du pays.

Les dénonciations de corruption liées à l’utilisation des machines à voter pour son propre compte, la désignation sectorielle des membres des familles des dirigeants de la CENI (commission électorale nationale indépendante) comme élus, femmes, frères, enfants, oncles, cousins et amis aux détriments des vrais élus.

Les plaintes de tous genres sont parvenues à la cour constitutionnelle pour dénoncer des injustices caractérisées constatées ici et là.

Toutes ces irrégularités prouvent à suffisance la mauvaise qualité des élections de 2018 dirigées par la CENI.

C’est ainsi que les observateurs congolais déclarent que certaines organisations internationales ont raison de réclamer les sanctions contre les organisateurs des élections en République Démocratique du Congo. Le jugement, le verdict issu de la cour constitutionnelle se fait en confrontation des preuves fournies par la commission nationale indépendante que dirige Mr. Naanga. 

Comment expliquer toutes ces failles et injustices commises par la même commission ?

En principe, la CENI a, sa part de responsabilité et doit répondre à la même cour.

 

Hautpanel.com