novembre 20, 2018

RDC : Le gouvernement s'implique pour la réduction sensible de l'incidence des accidents de travail

La vision du gouvernement de la RDC est d’unir les forces pour promouvoir la culture de la prévention afin de réduire sensiblement l’incidence des accidents du travail et des maladies professionnelles aux conséquences humaines et matérielles incommensurables pour les familles et les entreprises, a dit le ministre d’Etat à l’Emploi, travail et prévoyance sociale, Lambert Matuku Memas, dans son adresse, vendredi, à la veille de la commémoration de la Journée mondiale de la sécurité et santé au travail.

Le ministre a indiqué que cette vision résulte de la mise en application de la Loi n° 16/009 du 15 juillet 2016 fixant les règles relatives au régime général de la sécurité sociale qui devra intervenir le 15 juillet 2018.

Lambert Matuku a  rappelé que le Bureau international du travail (BIT)  a retenu  pour l’année 2018 le thème :’’Génération sécurité et Santé’ .La RDC qui l’a adapté aux réalités locales a choisi le thème national :’’Promouvoir  la sécurité et la santé au travail pour tous’’. Ce thème met l’accent sur le développement d’une culture de sécurité préventive, faisant intervenir tous les acteurs de la prévention des risques professionnels, chacun dans son domaine de compétence (employeurs, travailleurs, organismes de contrôle, médecins du travail…).

2 ,2millions de travailleurs meurent chaque année d’un accident de travail

Par ailleurs, les statistiques les plus récentes de l’Organisation internationale du travail (OIT) font état de 2,2 millions de travailleurs dans le monde qui meurent chaque année à la suite  d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle, soit plus au moins 5.000personnes par jour.

Pour mémoire, il y a lieu de rappeler que c’est en 2003 que le BIT a entrepris  d’observer une ‘’Journée mondiale de la sécurité au travail’’ en mettant l’accent sur la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, tirant partie de ce qui fait traditionnellement la force de l’OIT, à savoir le tripartisme (employeur-travailleur –gouvernement) et le dialogue social. 

 

ACP/Hautpanel