septembre 16, 2019

RDC : Une série des mesures suggérées par le FMI pour la maximisation des recettes dues au trésor public

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a, à l’issue d’une réunion tenue mardi à son siège, suggéré au gouvernement Congolais un train des mesures pour la maximisation des recettes dues au trésor public, indique un  communiqué de cette institution .

Parmi ces mesures figurent, la réduction des exonérations et l’élargissement l’assiette fiscale, la simplification du système fiscal et amélioration de l’administration fiscale ainsi que le contrôle des frontières, l’intégration plus poussée des revenus miniers dans la trésorerie.

L’amélioration de la gestion des finances publiques et l’efficacité des dépenses publiques pour  des prévisions réalistes des recettes et des dépenses, le rétablissement de la chaîne de dépenses et la limitation du recours aux procédures de dépenses d’urgence pour favoriser la transparence et la responsabilisation, la rationalisation de la fonction publique et l’amélioration de la rémunération, sont aussi envisagés par le FMI pour l’augmentation de l’efficacité.

En rapport avec la viabilité de la dette, les administrateurs du FMI ont préconisé le contrôler des projets d’investissement public, d’éviter les emprunts coûteux et les prêts garantis et l’élaboration d’une stratégie pour éponger les arriérés intérieurs.

Toutefois, les administrateurs sont d’avis que le fait d’affiner le cadre de politique monétaire renforcerait l’efficacité de la Banque centrale du Congo dans l’augmentation de ses réserves de change pour  stabiliser le marché.

Selon les gestionnaires du FMI, une recapitalisation de la Banque centrale contribuerait à renforcer son indépendance et à renforcer sa capacité à mener une politique monétaire et à promouvoir la stabilité financière. Ils ont soutenu qu’une amélioration de réglementation est importante pour  aider la Banque centrale du Congo à préserver et à développer le système financier, avant de suggérer l’alignement du projet de loi bancaire sur les normes internationales.

Les administrateurs du FMI ont convenu que la lutte contre la corruption et l’amélioration de la gouvernance sont essentiels pour renforcer l’efficacité des dépenses publiques et les perspectives de croissance.

Dans le secteur minier, ils ont appelé le gouvernement à la transparence et la responsabilisation dans la gestion des ressources naturelles par la mise en adjudication publique des actifs miniers, à la publication de tous les contrats miniers, à la divulgation de la propriété réelle des contractants et à la publication des états financiers vérifiés des entreprises d’Etat.

Les administrateurs ont également exhorté les autorités à accélérer l’adoption de la loi anti-corruption et de la loi portant création d’une commission anti-corruption indépendante. Ils  ont aussi souligné, le besoin urgent d’améliorer le climat des affaires pour attirer les investissements privés et promouvoir une croissance inclusive. Les priorités comprennent la réduction des formalités administratives et la réforme du système fiscal et la réforme du système judiciaire.

Pour rappel, le train des mesures du FMI, fait suite à la dernière mission d’évaluation que certains responsables de ce fonds avaient effectué à Kinshasa au mois d’août dernier. 

 

Hautpanel .com