août 18, 2019

Mali : Au moins 95 personnes tuées lors d'une attaque nocturne contre un village de l'ethnie Dogon

Au moins 95 personnes ont été tuées lors d'une attaque nocturne contre un village de l'ethnie Dogon, dans le centre du Mali, ont annoncé lundi des responsables locaux, qui ont déclaré que la dernière vague de violence ethnique alimentait la crise sécuritaire dans le pays.

Selon des responsables, le nombre de morts pourrait augmenter après que le village malien central, habité par la communauté Dogon, aurait été pris pour cible par des hommes armés peuls lors d'une attaque nocturne.

"Actuellement, nous avons 95 civils morts. Les corps sont brûlés. Nous continuons à en rechercher d'autres", a déclaré à l'AFP un responsable dans le district de Koundou, où se trouve le village de Sobane-Kou.

Une source de sécurité malienne sur le site du massacre, dans la région centrale de Mopti au Mali, a déclaré: "Un village Dogon a été pratiquement anéanti."

Le responsable local a déclaré que les assaillants sont venus et "ont commencé à tirer, à piller et à brûler".

Il n'y a pas eu de revendication immédiate de responsabilité pour l'attaque.

Mais les combats entre chasseurs Dogon et éleveurs Fulani ont fait des centaines de morts depuis janvier, notamment une attaque en mars au cours de laquelle des hommes armés ont tué plus de 150 Dogon, l’un des pires actes de violence de l’histoire récente de ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Par ailleurs, "Des hommes armés, apparemment des Fulanis, ont tiré sur la population et incendié le village", a déclaré Siriam Kanoute, responsable de la ville voisine de Bandiagara. 

Il a ajouté que le bilan actuel de 95 morts augmenterait probablement à mesure que d'autres corps seraient retrouvés.

La violence entre Fulani et les communautés rivales a aggravé la situation sécuritaire déjà difficile dans les régions semi-arides et désertiques du Mali, qui sont utilisées comme base par des groupes militants liés à Al Qaeda et à Daesh.

 

Hautpanel.com