décembre 19, 2018

Présidentielle-RDC : Martin Fayulu triomphe à Beni

Hier mercredi 5 décembre, devant la foule venue l’écouter, le porte-étendard de "Lamuka" promet un plan sécuritaire non seulement pour le Nord-Kivu, mais aussi pour l’ensemble du pays.

A quelque dix-sept jours du scrutin prévu le 23 décembre en RD Congo, l’heure est à la campagne. Le porte-étendard de "Lamuka" a véritablement lancé la sienne hier par le Grand Nord. Un triomphe populaire. Martin Fayulu est entré à Beni, comme Jésus-Christ de Nazareth à Jérusalem.

Selon des sources, plusieurs dizaines de milliers de personnes du pays Nande, se sont mobilisées pour réserver un accueil triomphal au candidat de la plateforme « "Lamuka" qui a choisi cette contrée de la province du Nord-Kivu, comme la porte d’entrée pour sa campagne électorale dans l’espace Grand Kivu, à l’Est de la RD Congo. « Tout Beni en liesse, a ovationné le candidat n°4. Jamais un prétendant n’a reçu un tel triomphe, du pied de l’avion jusqu’à la tribune où il devait tenir son meeting », renseigne à Forum des As, un témoin oculaire du bain de foule de Martin Fayulu à Beni qui est la deuxième grande ville du Nord-Kivu après Goma, le chef-lieu de la province.

A en croire la source, Martin Fayulu Madidi a trouvé les mots justes pour toucher les cœurs de ses électeurs potentiels de cette partie du très vaste territoire national. Un discours calibré et adapté à la situation sociopolitique qui prévaut dans cette contrée, régulièrement en proie à des exactions des groupes armés, dont la nébuleuse ADF. Autant le souligner tout de suite, le candidat n° 4 à la présidentielle, a fustigé l’insécurité qui sévit dans cette région de l’Est de la RD Congo.

Aussi, sans remuer le couteau dans les cœurs affligés de ses milliers de compatriotes venus l’écouter, Martin Fayulu a-t-il profité de sa tribune pour leur présenter quelques mots de réconfort. Preuve qu’il compatit au malheur des populations meurtries de Beni. Toutefois, le candidat de la plateforme "Lamuka", tape du poing sur la table, soutenant que l’heure a effectivement sonné pour briser le mur des lamentations et agir. C’est donc dans cette perspective de retour de la paix dans cette contrée, que Martin Fayulu a promis un véritable plan de sécurisation, non seulement de la province du Nord-Kivu, mais aussi et surtout, de l’ensemble du territoire congolais.

"L’OPPOSITION NE BOYCOTERA PAS LES ELECTIONS"

Commandant en chef du camp de l’opposition qui combat l’utilisation de la machine à voter lors du prochain scrutin, Martin Fayulu a mis les points sur les "i". Accusé à tort ou à raison, de vouloir torpiller le processus électoral en cours, le candidat "Lamuka" a gardé sa constance. A Beni, il a réitéré sa position plusieurs fois exprimée à Kinshasa, quant à la participation ou non, de l’Opposition au scrutin tant attendu. « L’opposition ne boycottera pas les élections. Mais, elle rejette l’usage de la machine à voter », a-t-il rappelé devant une foule compacte en liesse. 

« La présence de Martin Fayulu à Beni a redonné de l’espoir à une population qui, des années durant, a vécu de pires de scènes meurtrières, des séries de massacres à vaste échelle. Cette ville, bastion de l’ethnie Nande, mérite mieux que des bains de sang de trop. Et, le candidat n°4 sonne ainsi l’heure de la rupture avec les tristes réalités qui présentent Beni comme une "école d’artillerie des rebelles ougandais ADF et autres groupes des milices Maï-Maï, en prolifération constante dans ce coin du pays", déclare à Forum des As, un membre de l’équipe de campagne de Martin Fayulu, sur place à Beni. 

Selon la même source, c’est au crépuscule que Martin Fayulu et toute sa suite ont foulé le sol de Beni. Une arrivée très tardive que les affidés de ce candidat de l’opposition attribuent à ce qu’ils considèrent comme obstacles administratifs, délibérément dressés par le camp du pouvoir, contre l’homme de l’accord de Genève. Les majors de "Lamuka" soutiennent que de Kinshasa à Goma, beaucoup de peaux de banane ont été intentionnellement jetées sur le chemin de leur candidat au scrutin présidentiel. 

« Cependant, en dépit de tous ces croc-en-jambe et de la très longue attente, nos compatriotes de Beni n’ont pas bronché. Bien au contraire. La foule compacte a pris son mal en patience, au point qu’il a été impossible pour notre candidat, d’atteindre le podium et la tribune emménagés pour le meeting. C’est à partir à partir de son véhicule que Martin Fayulu s’est adressé à l’assistance », conclut la source .